" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les mots de Natacha.com

Les mots de Natacha.com

Des mots, des murmures, des cris, des silences, des aveux. Des mots qui claquent, se taisent dans un sourire. Poésie, slam, chanson, prose et haïkus...

Publié le par Natacha Karl
Publié dans : #prose, #bipolarité, #photo
Tableau

Texte écrit avec une contrainte d'écriture, employer les 10 mots suivants :

incubation - prophétique -mirobolante -prophylactique- cyborg - épicurien - bipolaire -caracole - charcutière - cyclamen.

 

Tableau :

 

Oui je suis bipolaire, pas charcutière, même pas cyborg, juste bipolaire. Encore que j'aurais pu être charcutière et bipolaire; encore que quand je délire je vis en pleine science-fiction parfois et je me prends pour une cyborg.

De toute façon, c'est la maladie qui imprègne toute ma vie et souvent j'ai l'impression de n'être que ça : bipolaire...
Les changements d'humeur, les hauts et les bas sont si fréquents et si douloureux. Alors on essaye de le cacher, à soi, à ceux qu'on aime. On s'occupe du jardin, arrose ces cyclamens, essayant d'être épicurienne pour lutter contre l'angoisse qui caracole dans la tête et mine le terrain.

Soudain la vie s'affole, tout s'enflamme, on fait des plans mirobolants, on vit ses rêves sans se rendre compte que c'est même pas du cinéma, y'a pas de décor, pas d'carton pâte; y'a que du vent, des idées folles; pas un médicament qui tienne, on est déjà ailleurs.

Jusqu'à ce la prophylactique nous rattrape, on vole, puis on se retrouve les pieds sur terre dans une petite chambre blanche avec la porte fermée à clé. On nous a conduit là pour que ça retombe plus vite les états maniaques, notre passage dans l'ailleurs. Ils n'ont rien trouvé de mieux pour l'heure. Peu à peu on revient au réel , les délires, les rêves rangés dans un coin de notre tête dans notre monde intérieur...la honte en bandoulière ou l'envie de retourner planer là où personne ne peut nous atteindre.

Il y a aussi les trous noirs; ceux à lente incubation, quand la vie fait trop mal et que peu à peu on perd toute envie, tout désir, toute parole. On dit plus rien ou le strict minimum qui nous arrache la bouche, un triste sourire scotché sur les lèvres pour cacher la misère de son âme.

Ce tableau n'a rien de prophétique, juste une pincée de ma vérité, juste une pincée de mon quotidien.

 

©nk

Commenter cet article

lucille B 03/09/2016 19:27

N'oublie pas tes amies qui t'aiment... car tu es un beau tableau

Natacha Karl 03/09/2016 20:36

Merci ma Lucille! <3

De vous à moi...

Bienvenue sur mes lignes, ces mots sur votre écran. Attrapez-les au vol, comme vous les entendez. Posez-vous sur ces pages aux mille images. Fines enveloppes d'émotions tendues entre nous...

Je suis Natacha Karl, une "auteure en ligne" dont vous pouvez aussi découvrir les livres "Bonjour Mademoiselle" (2016) et "Les survivantes" (2017) ... poète, slameuse, écrivain, haïjine...

A votre rencontre...

- Tous les textes sont : Protégé par Cléo

Articles récents

Hébergé par Overblog