" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les mots de Natacha.com

Les mots de Natacha.com

Des mots, des murmures, des cris, des silences, des aveux. Des mots qui claquent, se taisent dans un sourire. Poésie, slam, chanson, prose et haïkus...

Publié le par Natacha Karl
Publié dans : #slam, #violence conjugale, #coup, #femme, #amour

La femme que j'aimais se regardait dans la glace

Sans voir le bleu qui n'était pas que du fard sur les yeux

La femme que j'aimais se regardait dans la glace

En maquillant les coups qui n'étaient pas que de foudre

La femme que j'aimais était vissée à son miroir sans plus d'espoir

Qu'une bouteille d'alcool brisée

Qu'un shoot de trop

Qu'un regard de rage

Qu'un mot de travers

Qu'un impair une mauvaise passe

La femme que j'aimais je l'ai mise sous les voiles de la violence conjugale

La femme que j'avais sous mes doigts

À petit feu je l'ai brûlée

La femme que j'ai tuée

Je l'aimais mâle

Sans voir le bleu

Commenter cet article

Zuniga 26/02/2014 14:52

Un regard adouci sur les marques d'une violence ordinaire ...

Ségui Martine 03/03/2014 18:55

Elle en est morte et" l'autre"le dénommé Bertrand Cantat devrait mettre toute son énergie de mâle et sa notoriété durant toute sa vie à défendre les femmes, à tout faire pour que les "hommelettes"arrêtent de les violenter ...............Sinon pour moi il est resté une omelette

Cécile Natacha Carle-Bezsonoff 26/02/2014 20:59

Adouci je ne sais pas...je l'ai écrit en pensant à Marie Trintignant et Bertrand Cantat en écoutant une chanson de Noir Désir. Tragique...

De vous à moi...

Bienvenue sur mes lignes, ces mots sur votre écran. Attrapez-les au vol, comme vous les entendez. Posez-vous sur ces pages aux mille images.

Je suis Natacha Karl, auteure et poète. Vous pouvez aussi me retrouver dans mes livres "Bonjour Mademoiselle" (roman-témoignage), "Les survivantes" (nouvelles) et Musiciennes ! (roman jeunesse).

A votre rencontre...

- Tous les textes sont : Protégé par Cléo

Articles récents

Hébergé par Overblog