" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les mots de Natacha.com

Les mots de Natacha.com

Des mots, des murmures, des cris, des silences, des aveux. Des mots qui claquent, se taisent dans un sourire. Poésie, slam, chanson, prose et haïkus...

Publié le par Natacha Karl
Publié dans : #littérature jeunesse, #Murielle au violon, #musique, #photo

Chapitre 12

Paris – Leipzig

 

 

Maintenant que j’étais étudiante à Paris, c’était vraiment le bonheur ! Plus de maths, de disserts à faire… Que de la musique, que du violon ! Papa avait acheté pour moi un petit appartement dans le quartier de l’Opéra, j’allais souvent y assister à des spectacles, notamment des spectacles de danse. Cela me rappelait Nina et sa première vocation. Je m’étais fait une bande de copains cosmopolite ; au Conservatoire, un peu toutes les nationalités se côtoient. Je voyais régulièrement Dimitri et Marina Makine, Dimitri ayant souvent des engagements de concerts sur Paris. Avec Olivier, on se rencontrait de temps en temps, je savais qu’il était en relation étroite avec Nina. Il redescendait régulièrement sur Toulouse. Ils s’étaient enfin avoué leur amour Nina et lui, et il attendait avec impatience le moment où elle viendrait le rejoindre à Paris. Nina était inscrite en classe d’écriture à son tour. Elle venait de composer une œuvre « Arabesque » qui était un concentré de ses émotions, elle allait la diriger en fin d’année. Sa première direction en public !

Malheureusement, je n’ai pas pu y assister car je suivais un stage en musique de chambre et je préparais un nouveau concours international de violon qui aurait lieu à Leipzig fin juillet. J’ai eu des échos du concert de Nina, cela a été une belle réussite. Olivier avait pu se libérer pour descendre assister au concert et lui faire la surprise, ce qui n’a fait qu’ajouter au bonheur de Nina. Nous nous sommes revues en juillet à Toulouse quand je suis redescendue pour quelques jours de vacances chez mes parents avant le concours de Leipzig. J’ai retrouvé le vieux Banjo que je n’avais pas voulu transplanter à Paris. Il avait trop ses habitudes à la maison. Maman m’apprit que Banjo continuait d’avoir ses quartiers dans ma chambre. Il était parti pour devenir centenaire mon beau vieux chat !

Reposée après ces quelques jours de vacances, mon amitié avec Nina intacte, heureuse de savoir que nous allions à nouveau être réunies sur Paris, je suis partie pour le concours international de Leipzig. Je n’ai pas terminé dans le peloton de tête mais j’ai fait la connaissance de Paul, Paul Kovalic, un magnifique danseur serbe âgé de vingt-cinq ans. Il a été engagé dans une compagnie de danse à Leipzig… J’étais heureuse pour lui, mais je pensais en mon for intérieur : « Paris -Leipzig, c’est loin !… »

Nous nous sommes séparés sur la promesse de nous revoir…

A Paris, j’ai retrouvé Nina et Olivier, ils habitaient dans la quatorzième arrondissement. On se voyait souvent, déjeunant ensemble à la Cité de la musique. Je lui ai tout de suite parlé de Paul. Elle a vu que j’étais « mordue » :

« C’est ton tour ma petite vieille de tomber amoureuse ! »

Paul et moi faisions des allers-retours Paris – Leipzig.

 

En décembre, Nina, Olivier et moi avons pris des places pour assister au « Lac des Cygnes », le ballet fétiche de Nina. Paul ne m’avait rien dit (j’ai su par la suite qu’il avait mis Nina dans le secret), j’ai eu la surprise de découvrir son nom sur le programme ! Il devait être danseur invité… C’était merveilleux pour moi de le voir sur scène, ici, à Paris ! Après la représentation, je suis allée le féliciter dans sa loge, accompagnée de Nina et Olivier. Tous les deux se sont rapidement éclipsés pour nous laisser seuls. J’étais très émue. Paul m’a emmenée sur les toits de l’Opéra, la ville brillait à nos pieds dans la nuit étoilée et magique du temps de Noël. C’est là que Paul m’a prise par les épaules et m’a fait cet aveu :

« Murielle qu’est-ce que tu en penses ? Tu ne crois pas qu’on fait trop d’allers-retours Paris – Leipzig ? »

Intimidée soudain, je restais muette… Il continuait :

« …je crois avoir trouvé la solution… Je suis engagé à l’Opéra de Paris ! »

Quelle merveilleuse surprise, mon plus beau cadeau de Noël, la promesse d’un avenir magnifique ensemble…

Nous nous sommes enlacés sous le regard complice des statues du Palais Garnier dans la nuit mystérieuse de l’amour partagé…

 

 

 

 

- FIN...

Illustration : André Kohn

Illustration : André Kohn

CHAPITRES

 

 

Prologue : Une rencontre à Leipzig 

Chapitre 1 : Le violon de Frédéric 

Chapitre 2 : Madame Dulyonnais 

Chapitre 3 : Un nouvel horizon 

Chapitre 4 : Violoniste ! 

Chapitre 5 : Epreuves 

Chapitre 6 : Nina 

Chapitre 7 : L’audition Mozart 

Chapitre 8 : Je vais leur dire… 

Chapitre 9 : Un violon venu de l’Est 

Chapitre 10 : Princesse de lune 

Chapitre 11 : L’envol 

Chapitre 12 : Paris – Leipzig 

 

Cliquez sur le tag "Murielle au violon" dans la colonne de droite "catégories" et retrouvez tous les chapitres...

... et cliquez sur le tag "Nina chef d'orchestre ! " pour revivre l'histoire de Nina Ruska. 

 

Merci d'avoir suivi le parcours de cette jeune violoniste et retrouvez prochainement le troisième volet de cette petite trilogie "Musiciennes ! " : 

La fugue de Natacha

 

Commenter cet article

De vous à moi...

Bienvenue sur mes lignes, ces mots sur votre écran. Attrapez-les au vol, comme vous les entendez. Posez-vous sur ces pages aux mille images. Fines enveloppes d'émotions tendues entre nous...

Je suis Natacha Karl, une "auteure en ligne" dont vous pouvez aussi découvrir les livres "Bonjour Mademoiselle" (2016) et "Les survivantes" (2017) ... poète, slameuse, écrivain, haïjine...

A votre rencontre...

- Tous les textes sont : Protégé par Cléo

Articles récents

Hébergé par Overblog