" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les mots de Natacha.com

Les mots de Natacha.com

Des mots, des murmures, des cris, des silences, des aveux. Des mots qui claquent, se taisent dans un sourire. Poésie, slam, chanson, prose et haïkus...

Publié le par Natacha Karl
Publié dans : #littérature jeunesse, #Les silences de Claire, #adolescence, #photo, #suicide

Chapitre 10

Plongée au cœur de la nuit

 

 

 

Deux janvier. Cinq heures du matin. Je vais avoir seize ans demain, se dit Claire en se réveillant de son étrange sommeil  où elle n’ a cessé de revoir les images bouleversantes du 31 décembre : l’étreinte forcée de ce misérable Eric, qu’elle déteste complètement désormais. Et surtout en surimpression, le couple insupportable à regarder : Victor et Marilyn. L’alcool, le shit, les manœuvres de séduction. Oh pourquoi ? gémit Claire en silence. Et Juliette ? Oh ma Juju, pourquoi ne m’as-tu pas ouvert ? Pourquoi m’as–tu rejetée ?

La nuit est encore noire. Claire se souvient de cette nuit si douce, si belle, quand Victor lui avait dit qu’il l’aimait. Les images se superposent dans sa tête, le sourire de Victor quand il l’a embrassée pour la première fois et son visage du 31 décembre, un Victor inconnu, jouisseur, serrant Marilyn dans ses bras. Claire n’en peut plus de voir défiler ces images. Sa chambre l’étouffe. Elle a mal. Elle enfile son pull et sa salopette, puis dans l’entrée ses boots et son duffle-coat. Sans bruit, elle quitte l’appartement et s’en va au hasard dans les rues. Il fait froid, ses larmes lui brûlent les joues. Elle va jusqu’au lycée, puis passe devant le conservatoire, traîne jusqu’aux quais de la Garonne. Elle n’a même pas entendu les appels que lui ont lancé des clochards éméchés.

Murée dans son chagrin, elle avance inexorablement vers la Garonne. Du pont sur lequel elle s’est arrêtée, elle voit l’appartement de Luce, la terrasse si jolie avec son jasmin d’hiver. Puis elle regarde la Garonne à ses pieds, le vide l’appelle. Elle glisse, elle tombe, elle ne voit même pas que le jour  va se lever. Elle a enjambé la balustrade et se laisse engloutir par l’eau noire et froide. Elle rejoint le vide glacé qu’elle éprouve. Le silence enfin.

 

«  C’est pas vrai ! Elle s’est jetée à l’eau ! Non ! »

Celui qui s’exclame ainsi, c’est Fabien Montalvat, un jeune interne qui rentre de sa garde à l’hôpital. De sa voiture, il a repéré la jeune fille seule sur le pont et quand il s’est engagé sur le pont, elle venait de se jeter à l’eau. Instantanément, il arrête sa voiture, met les warning, descend en trombe et saute à son tour dans l’eau pour repêcher la jeune fille. Heureusement qu’il est taillé comme un judoka, il attrape Claire qui, trempée, est lourde comme un poids mort. Il finit par arriver jusqu’à la rive. Un vieux monsieur matinal, qui promenait son chien, prête main forte au jeune homme pour sortir Claire de l’eau.

« Prenez ma main mademoiselle »dit-il.

Fabien la pousse, le vieux monsieur la tire, et Claire sort enfin de l’eau quasi-inerte, ses dents claquent. Fabien court à sa voiture, appelle le SAMU, revient avec sa sacoche et un plaid dont il entoure la jeune fille.

«  Elle est en hypothermie et en état de choc »dit-il aux urgentistes qui arrivent. Fabien les suit avec sa voiture, on conduit Claire aux urgences, à ce même hôpital qu’il vient de quitter. Impossible d’aller se coucher même si son temps de travail est normalement fini. Il ne peut oublier les yeux noyés de cette jeune fille si belle et si désespérée. On va la sortir de là ; des cas désespérés, il en voit tous les jours. Elle a été secourue à temps. Heureusement qu’il passait par là. Qui est-elle ? Elle n’a pas encore dit son nom. Qu’est-ce qui l’a poussée à cet acte suicidaire ? Ce sont toutes ces questions qui se bousculent dans sa tête pendant le trajet vers l’hôpital. Il revoit le visage de la jeune fille, émouvante comme un oiseau blessé.

 

 

      à suivre...

Les silences de Claire - Chapitre 10

Commenter cet article

De vous à moi...

Bienvenue sur mes lignes, ces mots sur votre écran. Attrapez-les au vol, comme vous les entendez. Posez-vous sur ces pages aux mille images.

Je suis Natacha Karl, auteure et poète. Vous pouvez aussi me retrouver dans mes livres "Bonjour Mademoiselle" (roman-témoignage), "Les survivantes" (nouvelles) et Musiciennes ! (roman jeunesse).

A votre rencontre...

- Tous les textes sont : Protégé par Cléo

Articles récents

Hébergé par Overblog