" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les mots de Natacha.com

Les mots de Natacha.com

Des mots, des murmures, des cris, des silences, des aveux. Des mots qui claquent, se taisent dans un sourire. Poésie, slam, chanson, prose et haïkus...

Publié le par Natacha Karl
Publié dans : #littérature jeunesse, #Les silences de Claire, #adolescence, #amour

Chapitre 7

Une visite impromptue

 

 

 

               Après cet inoubliable concert, Claire était sur un nuage, d’autant plus qu’après le concert, Victor l’avait raccompagnée chez elle dans sa voiture et avant de la quitter, il l’avait cette fois-ci carrément prise dans ses bras en lui disant des mots doux et fous à l’oreille. Il s’était mis à lui dire : « ma Clara, ma muse, mon amour… » Claire était un peu intimidée par ce torrent d’aveux après ces semaines de questionnements sur leur relation d’amour-amitié.

               En fait, Victor était lui-même dans un état second, réactionnel aux émotions du concert. Il était comme enivré et Claire lui apparaissait comme son Eden. La musique avait fait tomber toutes les barrières : timidité, pudeur. Cette nuit-là, Claire peina à trouver le sommeil. Elle revoyait Victor en train de « lui » chanter « Blue smile », puis elle réentendait ses mots, rien que pour elle : « Ma Clara, ma muse, mon amour… » Toutes ces images défilaient devant ses yeux comme un film qui repassait sans cesse les mêmes scènes : et le baiser, et les mots doux, et les caresses. Cela revenait en boucle : le concert, le baiser, la déclaration, les caresses. Impossible de dormir ! Claire ouvrit ses volets et regarda à travers sa fenêtre les lumières de la ville s’éteindre petit à petit, le ciel pâlir et le doux soleil d’hiver se lever.

               A sept heures, elle était dans la cuisine, nez à nez avec son père, levé de bonne heure pour aller chercher  son frère Sébastien à la gare :

" Dis-donc Claire ! Tu es tombée du lit pour un jour de vacances, lui dit son père amusé. Je vais chercher Séb à la gare, tu m’accompagnes ?

- Oui, donne moi un instant " souffla Claire, trop heureuse de revoir son frère et de bouger pour dépenser son grand bonheur tout neuf.

Jean-Michel remarqua la nouvelle lueur qui brillait dans les yeux de sa fille mais il ne fit pas de commentaires. Par contre, à peine arrivé, Sébastien s’est mis à charrier sa sœur :

" Dis donc Clarinette (le surnom de leur enfance), je rêve… tu es tombée du lit ma parole ! Ma petite sœur préférée qui vient m’attendre à la gare, c’est nouveau ! Super bonne surprise remarque, mais ça cache quelque chose … "

Claire rit mais ne répondit rien à son habitude. Père et fils déjà reprenaient leurs discussions passionnées sur le monde et la politique. Claire les entendait et leurs voix berçaient son rêve : Victor, son amour tout neuf.

 

 A neuf heures, le téléphone sonna chez les Laforêt. Sébastien décrocha :

" Clarinette ! C’est pour toi ! "

Le cœur battant, Claire prit le combiné. C’était bien lui…

"  Clara…

- oui..

- Tu as dormi?

- Non...

- Moi non plus (il rit). Ma Clara, il faut que je te voie avant de partir...

- Tu pars? tu ne m'avais rient dit...

- Je pars juste quelques jours chez ma soeur ainée dans le Vercors passer Noël en famille. Mais je te jure que je serai là le 31 décembre et que je t'appelerai tous les jours... mon amour... D'accord?

-Oui...

Claire était encore plus silencieuse que d’habitude, tellement riche d’émotions indicibles. Victor reprit après un silence amoureux :

" Clara… en vrai, je suis en bas de chez toi, j’ai un cadeau de Noël et je brûle de te voir. Je peux monter ?

- Oui! Monte!

Claire, un peu embarrassée, dit à son père et à Séb qui étaient en train de petit-déjeuner dans la cuisine :

" On va sonner. C’est un copain qui passe m’apporter quelque chose.

- No problem Clarinette! dit Seb en riant.

Claire est allée ouvrir et Victor s’est engouffré dans l’appartement. Il a à peine salué Jean-Michel et Sébastien d’un air gêné :

"  Bonjour, je suis Victor, un ami de Claire…

- Bonjour! lui ont répondu d'un même air amusé le père et le fils.

Puis cette formalité expédiée en quatrième vitesse, Claire et Victor se sont retrouvés enfin seuls dans la chambre de la jeune fille. Victor a dit en entrant dans la chambre :

"  Clara, c’est magnifique ta chambre…ton domaine… c’est toi… "

Puis il l’a prise dans ses bras et s’est mis à l’embrasser avec un mélange de fougue et de douceur. Enfin, il a dit :

" J’ai un cadeau pour toi, Claire, ma Clara…Ouvre –le "

Claire défit le petit paquet, c’était une reproduction d’une marine de Nicolas de Staël dont Victor avait fait l’encadrement. Cet encadrement, peint par lui ajoutait une touche d’ardeur juvénile au tableau de  Nicolas de Staël.

"  Merci Victor…c’est très beau. Je n’ai…

- Claire, la coupa doucement Victor, tu es là, je ne sui pas vennu te voir pour que tu me donnes un cadeau mais juste parce qu'il fallait que je te voie..."

Les deux amoureux s’assirent sur le lit de Claire et Victor se mit à examiner les toiles et les dessins de la jeune fille.

" Je peux ?

- bien sûr tu peux..."

Victor prit un des projets d’affiches que Claire avait dessiné pour le concert des Blue Cats. Il dit :

" Je peux le prendre  ce dessin-là ?

- Oui si tu l'aimes.

- Beaucoup! Dédicace-le moi."

Très tendrement, Victor finit par dire à Claire :

"  Je dois y aller maintenant…Nous partons ce matin, mes parents doivent se demander où je suis passé. Mais je ne pouvais pas partir sans t’avoir revue, après cette nuit. Tu m’excuseras auprès de tes parents pour être venu si tôt ?

- Ne t'inquiète pas de ça Victor...

- D'accord!

- Viens! "

Et Claire, la timide, la farouche, l’enlaça à son tour et ils roulèrent tous les deux sur son lit. Puis Victor poussa un soupir et dit :

"  Il faut vraiment que je m’en aille là… Clara"

Claire le raccompagna à la porte, ils croisèrent Mathilde qui se levait. Il n’était que neuf et demie ! Victor, gêné, lui dit sur un ton de petit garçon :

" Bonjour Madame. Je suis juste passé  apporter un cadeau de Noël à votre fille. Je pars maintenant.

- Très bien, à une prochaine fois alors...

- Oui, au revoir."

Claire et Victor se séparent très sobrement sur le palier, en se tenant les mains chacun l’un de l’autre. Claire dans un souffle dit très bas :

" Je t’aime … "

Victor sourit puis lui dit :

"  Je t’appelle ce soir dès que je suis arrivé chez ma sœur. Au revoir ma très belle… "

 

Dès que Claire eut refermé la porte, son frère lui dit tout de go :

" Eh bien celui-là, il est foutu ! Dingue de toi ! "

Jean-Michel et Mathilde sourirent,  Mathilde ajouta simplement :

"  Il est beau garçon et surtout il avait l’air pressé de te voir ce matin ! "

 

 

 

A suivre...

Chapitre 8

Une soirée au goût amer

 

 

 

 

 

 

 

Tableau de André Kohn

Tableau de André Kohn

Commenter cet article

De vous à moi...

Bienvenue sur mes lignes, ces mots sur votre écran. Attrapez-les au vol, comme vous les entendez. Posez-vous sur ces pages aux mille images. Fines enveloppes d'émotions tendues entre nous...

Je suis Natacha Karl, une "auteure en ligne" dont vous pouvez aussi découvrir les livres "Bonjour Mademoiselle" (2016) et "Les survivantes" (2017) ... poète, slameuse, écrivain, haïjine...

A votre rencontre...

- Tous les textes sont : Protégé par Cléo

Articles récents

Hébergé par Overblog