" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les mots de Natacha.com

Les mots de Natacha.com

Des mots, des murmures, des cris, des silences, des aveux. Des mots qui claquent, se taisent dans un sourire. Poésie, slam, chanson, prose et haïkus...

Publié le par Natacha Karl
Publié dans : #littérature jeunesse, #Les silences de Claire, #adolescence

Chapitre 2

Le concours de dessin

 

 

La rentrée des classes s’était plutôt bien passée : Claire se sentait assez anonyme pour être tranquille. Il n’y avait qu’en français qu’elle s’était fait « repérer » dès le premier cours. Depuis ce jour, Madame Mayer l’interrogeait souvent même quand Claire n’avait pas levé la main. Elle aimait recueillir les impressions de Claire et celle-ci s’y prêtait de bonne grâce car cette prof était vraiment intéressante et motivante.

Juliette Ruska avait pris Claire en sympathie et elle se faisait son accompagnatrice dans tout le lycée. Claire aimait la compagnie de Juliette, toujours drôle et gaie. La douce réserve de Claire s’accordait bien aux rires joyeux de Juliette. Elle lui avait très vite présenté son ami Eric, un grand gaillard à la carrure de rugby-man, aux cheveux bouclés, la bouche boudeuse et le regard perçant. Sans trop savoir pourquoi, Claire avait ressenti un malaise devant Eric. Il ne correspondait pas à Juliette : le spontanéité de la jeune fille ne ressemblait pas aux airs supérieurs affichés par cet Eric. Claire le trouva froid, ses beaux yeux lui semblèrent trompeurs. Elle ne dit rien à Juliette qui semblait très amoureuse et très admirative. Claire finit par se dire que peut-être elle avait eu une fausse impression, qu’il faudrait qu’elle le connaisse mieux pour l’apprécier.

Avant les vacances de Toussaint, il y eut un concours de dessin organisé dans tout le lycée à l’initiative de Caroline Bandol, leur jeune professeur d’arts plastiques. Le sujet était assez libre : l’animal. Il y avait trois catégories : crayon, fusain et encre de Chine. Claire s’inscrivit dans la catégorie « encre de Chine ». Les épreuves du concours eurent lieu un samedi matin. Les concurrents avaient trois heures devant eux pour rendre leur dessin. Claire avait bien réfléchi à son sujet. Elle ne perdit pas de temps. Elle fit quelques esquisses au crayon sur du papier brouillon puis se lança directement sur la feuille à rendre.

Elle dessina d’abord un monde végétal emprisonné sous une épaisse couche de verre. Au centre du dessin, elle figura une brisure dans le verre par laquelle s’était échappé l’animal que Claire voulait représenter : un oiseau libre, volant dans un ciel dégagé de ce monde sous verre. Un des grands attraits de son dessin, c’est l’interrogation qui y figurait : quel était le monde réel, quel était le monde imaginaire ? Celui sous verre ou le ciel libre ? Les traits du dessin étaient à la fois sobres et expressifs. On pouvait presque entendre les ailes de l’oiseau fendre l’air. Claire signa de ses initiales dans le coin gauche du dessin. Le surveillant vint lui demander de lui expliquer son dessin. Il l’avait observée pendant qu’elle dessinait, mais comme il voyait à l’envers, il n’avait pas compris le sens du dessin. Claire le renseigna, celui-ci parut impressionné.

 

Une semaine plus tard, en cours de dessin, Caroline Bandol annonce les résultats du concours. Elle commence par remercier les élèves pour leur forte participation à ce projet, puis elle donne le palmarès. Dans la catégorie « encre de Chine », c’est Claire qui a obtenu la meilleure note pour tout le lycée. Les dessins des lauréats seront affichés dans la salle d’exposition du CDI*. Les regards des élèves se tournent vers Claire : elle entend des murmures « encore Laforêt ! ». Une fois que Caroline Bandol  a montré à la classe le dessin de Claire, Juliette est enthousiaste :

« Claire ! C’est magnifique ! Tu pourrais être  dessinatrice professionnelle, ou peintre ! Tu as vraiment du talent ! »

Claire lui répondit, parce qu’elle considérait dans son for intérieur Juliette comme sa première vraie amie :

« Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que j’adore dessiner.

- Tu me montreras d'autres dessins que tu as faits?

- D'accord quand tu viendras chez moi.»

 

Le jour même des résultats, elles allèrent ensemble voir l’exposition au CDI. Cette exposition réunissait les dessins des lauréats du concours organisé par Caroline Bandol et des photographies prises par les membres du Club Photo du Lycée. Parmi les dessins primés, Claire remarqua un dessin au fusain très intéressant : un chat à l’affût dans un jardin prêt à bondir sur un oiseau. Le dessinateur avait saisi toute la rapidité et la beauté cruelle de cet instant. Claire regarda la signature : Victor Adelin. Juliette le connaissait :

« C’est un ami d’Eric. Il est en terminale. Il fait partie du groupe des « Blue Cats ». Il est chanteur et compositeur. Je ne savais pas qu’il dessinait aussi bien. »

Claire resta songeuse devant ce dessin, se demandant à quoi pouvait ressembler ce garçon si apte à saisir la dureté du monde animal…

 

à suivre...

 

Les silences de  Claire - Chapitre 2

Commenter cet article

De vous à moi...

Bienvenue sur mes lignes, ces mots sur votre écran. Attrapez-les au vol, comme vous les entendez. Posez-vous sur ces pages aux mille images. Fines enveloppes d'émotions tendues entre nous...

Je suis Natacha Karl, une "auteure en ligne" dont vous pouvez aussi découvrir les livres "Bonjour Mademoiselle" (2016) et "Les survivantes" (2017) ... poète, slameuse, écrivain, haïjine...

A votre rencontre...

- Tous les textes sont : Protégé par Cléo

Articles récents

Hébergé par Overblog