" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les mots de Natacha.com

Les mots de Natacha.com

Des mots, des murmures, des cris, des silences, des aveux. Des mots qui claquent, se taisent dans un sourire. Poésie, slam, chanson, prose et haïkus...

Publié le par Natacha Karl
Publié dans : #littérature jeunesse, #La fugue de Natacha, #enfance, #musique, #photo

Chapitre 4

Manège

 

 

Je me suis levée de bonne heure et j’ai retrouvé Rémi et Juliette pour le petit déjeuner dans la cuisine rustique de leur maison au Club Saint-Georges. C’est une vieille bâtisse avec ses écuries qu’ils ont rachetée. Ils disposent d’un pré, d’un manège couvert et d’un champ pour le saut d’obstacles. J’adore l’ambiance de cet endroit et Rémi et Juliette ont l’air si heureux l’un avec l’autre. Après un solide petit déjeuner à l’anglaise, Juliette me conduit aux écuries. Ils ont dix-sept poneys et quinze chevaux. Juliette m’explique que les cavaliers vont arriver à dix heures pour le stage et restent jusqu’à dix-sept heures. Elle me dit :

« Tu vas voir. Je vais te mettre dans le groupe des « galop un » avec moi. Tu vas apprendre à bouchonner ton poney. Je suis sûre que ça va te plaire ! Nina, ta maman, aimait l’équitation comme moi étant petite. Elle n’avait pas peur et toi non plus tu n’as pas froid aux yeux ! »

Je passe une journée de rêve, Juliette me montre comment utiliser les différentes brosses, le cure-pied pour les sabots et puis elle me montre comment mettre le filet du poney et le sceller. Tous ces contacts avec le poney me plaisent. J’ai l’impression d’être avec un ami. L’équitation, c’est moins froid que le patin à glace ! C’est vrai que j’aime glisser, tourbillonner sur la patinoire mais la chaleur  des contacts avec les poneys me réchauffe le cœur. Juliette me dit que j’ai une bonne assiette et que j’apprends vite. Le soir, en me couchant, je suis épuisée par ma journée de plein air et je n’ai plus envie de pleurer toute seule dans mon lit. Je crois que je vais demander à mes parents si je peux faire de l’équitation à Vienne à la rentrée. Quand ils seront là, on leur en parlera avec Juliette. Ma marraine est heureuse devant mon enthousiasme, il faut dire que le leur est communicatif : Rémi et Juliette sont tous deux passionnées, pleins de feu et de vie.

Je suis un peu triste de quitter le centre équestre le dernier soir quand Juliette me raccompagne chez Nattie. Juliette me réconforte :

« Tu reviendras Natiouchka ! »

Je me suis attachée à Veniso, un poney blanc très affectueux.  En le quittant, j’ai plongé mon visage dans sa crinière et je lui ai murmuré de doux adieux :

« Je reviendrai te voir Veniso, je te le promets ! »

 

Chez les Lemoine, je retrouve mes jeux avec mes cousins qui ont terminé leur tournoi de tennis. On fait des parties de ping-pong à se couper le souffle. Je m’amuse avec Julien et Fred mais moins bien qu’avant. Depuis que je suis allée chez Juliette, je ne rêve que d’y retourner. Mais ce week-end, c’est la grande réunion de famille : mamoune et papoune seront là, de retour de Strasbourg. Nattie a aussi invité mes grands-parents maternels : dièdouchka et babouchka. En plus, papa arrive samedi matin ! Nous allons le chercher à l’aéroport de Blagnac Nattie et moi.

Le frère et la sœur ne se ressemblent pas de prime abord : papa est grand et brun, Nattie toute blonde et fine. Mais tous les deux sont des silencieux, des attentifs. Des êtres sensibles qui parlent peu mais toujours avec discernement. Je me jette dans les bras de papa comme une petite fille !… Je me sens le cœur plus léger maintenant qu’il et là. Pendant tout le repas, je ne le quitte pas, même que je me fais taquiner par mes cousins qui me traitent de bébé. Je m’en moque. Mon papa est là et ça c’est vraiment bien ! Dans l’après-midi, Nattie et lui se retrouvent au salon de musique pour jouer en  duo lui sur le piano droit, Nattie à sa flûte. Leur complicité est jolie à regarder. Je pense à leur enfance quand ils partageaient déjà le goût de la musique…

 

à suivre ...

Chapitre 5 : Mon papa pianiste

Photo : Elea LaFleur

Photo : Elea LaFleur

Commenter cet article

amidieu alex 10/11/2015 16:50

vite la suite ,et moi je suis grande

Cécile-Natacha Carle-Bezsonoff 12/11/2015 15:54

<3

De vous à moi...

Bienvenue sur mes lignes, ces mots sur votre écran. Attrapez-les au vol, comme vous les entendez. Posez-vous sur ces pages aux mille images. Fines enveloppes d'émotions tendues entre nous...

Je suis Natacha Karl, une "auteure en ligne" dont vous pouvez aussi découvrir les livres "Bonjour Mademoiselle" (2016) et "Les survivantes" (2017) ... poète, slameuse, écrivaine, haïjine...

A votre rencontre...

- Tous les textes sont : Protégé par Cléo

Articles récents

Hébergé par Overblog