" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les mots de Natacha.com

Les mots de Natacha.com

Des mots, des murmures, des cris, des silences, des aveux. Des mots qui claquent, se taisent dans un sourire. Poésie, slam, chanson, prose et haïkus...

Publié le par Natacha Karl
Publié dans : #littérature jeunesse, #musique, #photo, #Nina chef d'orchestre !

Chapitre 8

Prise de baguettes

 

 

 

Aujourd’hui, j’ai quinze ans. J’ai mis une petite robe écrue de forme trapèze, j’ai brossé mes cheveux pour une fois, car le plus souvent je passe la main dans mes cheveux en guise de coiffage, je ne porte pas les cheveux très longs et je suis toujours coiffée « nature » ! Juju m’ a dit que j’étais bien, je ne suis pas sophistiquée, Murielle et elle sont beaucoup plus coquettes que moi mais aujourd’hui, c’est spécial ! Nous allons faire une petite fête à la maison, j’ai invité bien sûr Murielle, Nathalie, et aussi des copains du Conservatoire, on va être vingt, Juju a voulu rester avec nous, elle craque sur Eric, un ami flûtiste.

J’ai invité Olivier, je ne sais pas s’il va venir... ce sera lui le plus âgé... il va avoir dix-neuf ans lui, j’espère qu’il viendra ! Nathalie a deviné que je suis amoureuse de son frère, mais lui je ne crois pas qu’il se doute de quelque chose ; je crois que pour lui, je ne suis toujours que l’amie de sa sœur. Je ne sais pas... Je ne lui ai jamais dit mais c’est un peu lui qui a décidé de mon destin de musicienne : après l’avoir entendu jouer en duo avec Murielle une sonate de Mozart, j’avais choisi d’apprendre le piano.

C’est drôle la vie, un peu comme un jeu de dominos, au travers de rencontres le jeu se met en place et prend telle ou telle direction : et une petite fille qui se rêvait danseuse se retrouve musicienne passionnée, tout comme Olivier, Murielle et Nathalie.

On sonne ! Et si c’était lui ?... Juju va ouvrir parce que moi j’ai le trac, je me « cache » à la cuisine. Oui ! Juju m’appelle :

« Nina ! viens ! Voilà Nathalie et Olivier ! »

J’arrive le cœur battant un peu plus vite que d’ordinaire, et je rougis un peu je crois parce que Olivier me tend un petit bouquet : des roses jaunes...

« Bon anniversaire Nina ! »et il m’embrasse sur les joues mais son baiser est différent aujourd’hui, il a le parfum des roses, j’ai quinze ans et je suis amoureuse !

Après mes autres amis m’entraînent mais nous nous retrouvons avec Olivier devant le piano pour jouer à quatre mains des chansons des Beatles, et des ragtimes. On passe un moment à faire de la musique, Murielle avec son violon, Nathalie à sa flûte, Luc a même apporté sa batterie, on avait prévenu les voisins de toute façon, la fête commence à six heures et se prolonge tard dans la nuit. On a dansé bien sûr, et le plus beau moment, c’est quand Olivier est venu me chercher :

« Tu danses avec moi petite Nina ? »

C’est vrai que je suis une petite Nina à côté de lui qui est si grand et moi plutôt petite de taille mais comme je suis très mince, je parais plus élancée. De toute façon, ça n’a aucune importance ! Ce qui compte, c’est qu’il soit venu ! C’est mon plus bel anniversaire !

 

Le lundi, nous nous retrouvons en classe avec Nathalie - nous sommes ensemble en troisième horaires aménagés- nous parlons de la fête :

« Quand même, je crois que Olivier t’aime vraiment bien ! C’est lui qui a eu l’idée pour les fleurs... Il est timide mon frère mais là... »

Les parents d’Olivier et Nathalie sont musiciens ; leur mère est pianiste, elle n’enseigne plus au Conservatoire mais elle donne encore des cours à domicile. Et leur père est chanteur amateur comme maman. Ils se sont retrouvés dans la même association : La Compagnie des Minimes, un théâtre d’art lyrique amateur. Cela fait deux ans que maman en fait partie. Je l’accompagne très souvent aux répétitions le soir, si j’ai fini mes devoirs ! Mais je m’arrange pour avoir fini mes devoirs. Je suis plutôt organisée et même si j’ai un emploi du temps bien rempli, c’est comme si la musique me donnait des ailes pour aller vite et tout faire pour avoir le plus de temps possible, pour la musique !

Avec Olivier, on se croise régulièrement à la Bibliothèque du Conservatoire, toujours à étudier une partition, un casque d ‘écoute sur la tête et une partition sous les yeux ! Nous nous sourions, nos écouteurs sur les oreilles ! Boulimiques de musique comme dit Nathalie !

Aux répétitions de maman, je suis devenue amie avec Emile Valègue, c’est leur chef d’orchestre. Il n’est pas là à toutes les répétitions puisque les premières répétitions se font avec piano. Emile doit avoir une cinquantaine d’années. Il est architecte comme papa. Il a fait ses classes au Conservatoire de Lyon. Il a hésité entre la musique et l’architecture pour finalement choisir comme métier l’architecture.

« Tu vois, la musique appelle la passion, une énergie extraordinaire si on veut en faire sa carrière. Et je n’avais peut-être pas assez de « feu ». Surtout pour diriger ! »

Malgré tout, il n’a jamais abandonné la musique, il avait même monté un groupe de jazz amateur, puis il a fait des stages de direction, pour se retrouver maintenant chef d’orchestre amateur, ce qui le passionne ! Avant, il était percussionniste. Il plaisante :

« Tu vois Nina...par rapport à mes années d’orchestre au Conservatoire, j’ai juste échangé les places avec le chef ! Dans les orchestres, nous sommes deux à jouer de la baguette : le chef et le percussionniste ! »

Ainsi, en parlant avec Emile, j’ai eu envie de toucher aux percussions moi aussi, comme ça j’allais pouvoir participer à l’orchestre beaucoup plus qu’en étant pianiste. Les percussions, ça a été une fabuleuse découverte. Avec mon énergie débordante, jouer debout, c’était parfait. Je sentais circuler l’énergie du bout de mes pieds jusqu’au bout de mes doigts. La musique m’habitait et j’étais son vaisseau, aussi souple qu’un roseau dans le vent. Toutes les prises de baguettes différent suivant les instruments, caisse ou claviers ; ça m’a rappelé la danse, c’était à la fois très physique et très précis ; il fallait trouver le geste juste et doser son énergie. Et puis, il y avait le côté ludique, cette forêt d’instruments dans laquelle je pouvais évoluer, émerveillée et passionnée !

 

 

à suivre : Chapitre 9

Nouveau rêve

Nina chef d'orchestre ! Chapitre 8

Commenter cet article

De vous à moi...

Bienvenue sur mes lignes, ces mots sur votre écran. Attrapez-les au vol, comme vous les entendez. Posez-vous sur ces pages aux mille images. Fines enveloppes d'émotions tendues entre nous...

Je suis Natacha Karl, une "auteure en ligne" dont vous pouvez aussi découvrir les livres "Bonjour Mademoiselle" (2016) et "Les survivantes" (2017) ... poète, slameuse, écrivaine, haïjine...

A votre rencontre...

- Tous les textes sont : Protégé par Cléo

Articles récents

Hébergé par Overblog